L'exercice juridique et l'Internet : stratégies de marketing

  • 04 dĂ©cembre 2008
  • Edward Poll

Table des matières

  1. Introduction
  2. Le site Web d'un cabinet juridique
  3. Petits et moyens cabinets (50 avocats ou moins)
  4. Grands et très grands cabinets (50 avocats et plus)
  5. RĂ©ussir sur le Web
    1. Culture du cabinet
    2. Des sites Web de cabinets juridiques comme destinations
    3. Les sites Web de cabinets juridiques comme portails
    4. Fonctionnalité d'un site Web
    5. Transformer des visiteurs en clients
    6. Conseils d'implantation d'un site Web
  6. Marketing Internet - Au-delĂ  du Web
    1. Courrier Ă©lectronique
    2. Messagerie instantanée
    3. Multimédia
    4. Sans fil
    5. Extranets
  7. Sommaire
  8. Meilleures pratiques en action
  9. Ressources additionnelles

1. Introduction

L'Internet joue un rôle important dans la stratégie de marketing d'à peu près tous les cabinets juridiques. Du praticien solo au cabinet national, une approche bien adaptée à l'environnement électronique permet d'assurer que les clientes et clients actuels et futurs reçoivent un message constant. En plus de ses avantages sur le plan des communications, l'Internet peut jouer un rôle essentiel dans la prestation efficace de services à la clientèle, encourager la collaboration entre avocates, avocats et clients, et servir d'outil de recrutement d'étudiantes et d'étudiants stagiaires.

Malgré ce potentiel, un examen de centaines de sites Web révèle une absence fréquente de constance dans le message et l'approche. Dans plusieurs cas, les cabinets juridiques semblent avoir créé leur site Web simplement pour assurer une présence en ligne. Certains sites sont rapidement défraîchis à cause d'un contenu désuet, ou ennuyeux parce que les visiteurs ont de la difficulté à accéder à des renseignements de base comme les biographies des juristes et les champs de pratique. D'autres limitent leur stratégie au World Wide Web, négligeant plusieurs outils additionnels qui peuvent s'avérer tout aussi efficaces.

Ce guide a pour but d'offrir à tous les cabinets juridiques, peu importe leur taille, les outils nécessaires à la formation d'une stratégie de marketing Internet.

Retour à la table des matières

2. Le Site Web d'un cabinet juridique

En 2000, Industrie Canada m'a commandé une étude intitulée Le commerce électronique et les services juridiques au Canada : un défi à relever1 . Dans le cadre de cette étude, des centaines de sites Web de cabinets juridiques canadiens et américains ont été examinés et divisés en trois catégories.

  • les sites de première gĂ©nĂ©ration, proposent un design et des renseignements de base. Il s'agit en quelque sorte de «brochures Ă©lectroniques», car ils se limitent gĂ©nĂ©ralement Ă  fournir au visiteur des renseignements faisant le marketing de l'entreprise.
  • les sites de deuxième gĂ©nĂ©ration, ajoutent un certain degrĂ© d'interactivitĂ© Ă  ceux de la première gĂ©nĂ©ration. Ils instaurent un dialogue avec le visiteur et favorisent une interaction accrue du cabinet et des visiteurs en direct en crĂ©ant des services d'enregistrement en direct des visiteurs (voir des sites Web comme portails, ci-dessous) ou en mettant en place un extranet (voir extranets, ci-dessous) englobant les clients.
  • les sites de troisième gĂ©nĂ©ration, qui en sont maintenant Ă  leurs premiers balbutiements, permettent le commerce Ă©lectronique. Ils tirent parti des possibilitĂ©s d'Internet en assurant des services juridiques en direct ou en faisant de ce nouveau mĂ©dia un composant Ă  part entière de leur stratĂ©gie de prestation de services. Deux ans après la publication de cette Ă©tude, les gĂ©nĂ©rations de sites Web identifiĂ©es demeurent valables. Ce qui a changĂ©, cependant, c'est la rĂ©partition des cabinets dans les trois catĂ©gories. En 2000, la majoritĂ© des sites Web appartenaient Ă  la première gĂ©nĂ©ration, avec un nombre rĂ©duit de sites de deuxième gĂ©nĂ©ration et une poignĂ©e seulement de sites de troisième gĂ©nĂ©ration. En 2002, le degrĂ© de sophistication s'est amĂ©liorĂ©, et un nombre accru de sites Web se retrouvent dans les deuxième et troisième catĂ©gories.

    Fait assez intéressant, il n'y a toujours pas de corrélation substantielle entre la taille des cabinets et le degré de développement du site Web. Certains des sites les plus sophistiqués appartiennent à des cabinets plus petits, et plus agressifs, tandis que plusieurs grands cabinets canadiens ne proposent toujours que des sites de première génération.

Retour à la table des matières

3. Petits et moyens cabinets (50 avocats ou moins)

Le tableau suivant énumère les composantes et caractéristiques essentielles d'un site Web réussi de cabinet juridique :

Ce qui fonctionne par rapport Ă  ce qui ne fonctionne pas.
Ce qui fonctionne Ce qui ne fonctionne pas
• nom du cabinet comme nom de domaine • adresse Web liĂ©e Ă  un fournisseur de service Internet ou Ă  une compagnie d'hĂ©bergement de pages Web
• survol du cabinet • conception Web dĂ©modĂ©e
• information sur les honoraires • conception Web Ă©lĂ©mentaire ou « maison »
• index des profils d'avocates et d'avocats • l'utilisation d'icĂ´nes dont le sens n'est pas Ă©vident
• coordonnĂ©es du cabinet • contenu de site Web vieilli ou rarement mis Ă  jour
• texte bilingue ou multilingue  
• conception Web sophistiquĂ©e  
• bulletins Ă©lectroniques  
• publications  
• Ă©valuations de cas ou formulaires pour soumettre des questions juridiques  
• groupes de discussion  
• information juridique ou bibliothèque de ressources  
• flashes d'information  
• prĂ©sentations multimĂ©dia  
• calendriers de sĂ©minaires  
• faits saillants de comptes rendus mĂ©diatiques sur le cabinet  
• pages de recrutement d'Ă©tudiantes et d'Ă©tudiants  
• pages de liens  
• tournĂ©e virtuelle du cabinet  
• applications de commerce Ă©lectronique  
• extranet  

Retour à la table des matières

4. Grands et très grands cabinets (50 avocats et plus)

Ce qui fonctionne par rapport Ă  ce qui ne fonctionne pas.
Ce qui fonctionne Ce qui ne fonctionne pas
• nom du cabinet comme nom de domaine • nom de domaine trop long
• survol du cabinet • conception Web Ă©lĂ©mentaire
• index des profils d'avocates et d'avocats • animation dans le design Web, le plus souvent inutile
• base de donnĂ©es consultable des profils d'avocats • sites de recrutement d'Ă©tudiantes et d'Ă©tudiants qui ne reflètent pas l'apparence du site principal du cabinet
• coordonnĂ©es du cabinet • contenu de site Web vieilli ou rarement mis Ă  jour
• texte bilingue ou multilingue  
• inscription des usagères et usagers pour services personnalisĂ©s  
• bulletins Ă©lectroniques  
• publications Ă©laborĂ©es  
• information juridique ou bibliothèque de ressources  
• groupes de discussion  
• information juridique ou bibliothèque de ressources  
• flashes d'information  
• prĂ©sentations multimĂ©dia  
• sĂ©ances interactives  
• micro-sites avec champs de pratique, renseignements spĂ©cifiques et publications  
• listes de clientes et clients  
• archives de causes importantes  
• tournĂ©e virtuelle du cabinet  
• calendriers de sĂ©minaires  
• sites de recrutement d'Ă©tudiantes et d'Ă©tudiants  
• pages de liens  
• applications de commerce Ă©lectronique  
• extranet  

Retour à la table des matières

5. RĂ©ussir sur le Web

Au fur et à mesure que les clientes et clients se tournent vers le Web comme source de renseignements, la plupart des cabinets juridiques se rendent compte qu'un site Web de première génération ne comble plus leurs besoins. Avec un contenu d'information élémentaire sur son site Web, un cabinet n'encourage pas le visiteur à revenir et rate l'occasion de créer une relation cabinet-client. En plus des caractéristiques énumérées ci-dessus, la section suivante aborde plusieurs questions à poser quand des cabinets, de toute taille, développent leur stratégie de marketing Internet.

  1. Culture du cabinet

    Un site Web efficace doit donner au visiteur un véritable sens de la culture, de la personnalité, des forces et des services d'un cabinet juridique. De plus, une présence Web réussie doit servir de complément à la stratégie de marketing en ligne d'un cabinet.

  2. Que l'on commence à zéro ou que l'on réorganise un site existant, le développement d'un site Web exige une planification considérable. Prenez le contenu. Le contenu constitue rarement une bonne idée; il doit répondre à un objectif du cabinet et/ou du visiteur. Assurez-vous que l'apparence et le contenu du site transmettent bien l'image du cabinet. Par exemple, certains sites comprennent des liens à la collection d'oeuvres d'art du cabinet. Certains pourraient y voir une caractéristique coquette mais inutile, tandis que d'autres peuvent y voir une évocation non verbale de la culture du cabinet. Cette image fuyante que cherche à projeter un cabinet doit servir de guide dans la détermination du contenu d'un site.

    Compte tenu des changements rapides dans l'environnement de l'Internet, cela peut faciliter les choses de penser au contenu sous forme de modules à ajouter ou à soustraire. Le contenu actuel de sites Web de cabinets juridiques inclut par exemple des publications, une description du cabinet et des fichiers multimédia. Chaque type de contenu forme un module qui sert un besoin particulier et qui peut être modifié sans avoir à réorganiser la structure générale du site Web. Une compréhension de la clientèle du cabinet et de son marché cible aidera à guider les décisions spécifiques sur le contenu.

  3. Des sites Web de cabinets juridiques comme destinations

    Pour attirer un plus large auditoire, plusieurs cabinets utilisent comme levier leur actif le plus important - leur expertise - en offrant gratuitement une partie de leurs connaissances sur le site Web du cabinet ou sous force de matériel publicitaire, p. ex. des bulletins par courriel. Un tel contenu - bulletins, articles, illustrations PowerPoint, avertissements au sujet de produits de consommation, extranets, etc. - permet de susciter de l'intérêt pour le site et, par extension, pour le cabinet juridique. L'ajout d'un tel contenu permet à un site Web de devenir une destination, et d'enrichir son contenu par rapport à un site de première génération.

    Les avantages d'un site Web de destination sont multiples, y compris :

    • le renforcement de la notoriĂ©tĂ© du cabinet, un objectif crucial dans l'encombrement croissant de sites Web de cabinets juridiques;
    • la dĂ©monstration de ses connaissances et de son expertise; et
    • le renforcement de l'attrait du site en offrant aux visiteurs un motif de rester plus longtemps, et de les transformer de visiteurs en clients Ă©ventuels.L'exploitation d'un site Web de destination a pour but de capter l'intĂ©rĂŞt des visiteurs, de les encourager non seulement Ă  demeurer sur le site plus longtemps, mais aussi Ă  y revenir. En consultant le site plus frĂ©quemment, les visiteurs se familiarisent avec le cabinet et avec ses services.

  4. Les sites Web de cabinets juridiques comme portails

    Englobant les avantages de sites de style destination, les portails tels que Yahoo! ou Findlaw enrichissent l'expérience de l'usagère ou de l'usager en rassemblant un vaste éventail de contenu, et en utilisant des fonctions de personnalisation pour regrouper des applications, des renseignements et des outils de communications. Les fonctions de personnalisation permettent aux visiteurs d'organiser leur expérience sur le site Web en conformité avec leurs intérêts. Typiquement, les visiteurs s'inscrivent sur le site Web et peuvent contrôler le contenu en ajoutant ou en supprimant des modules à leur gré. La disposition et l'apparence du site Web peuvent aussi être ajustées aux préférences du visiteur.

    Les avantages d'un site Web de style portail comprennent :

    • la surveillance et l'enregistrement des activitĂ©s des visiteurs - entraĂ®nant la crĂ©ation de donnĂ©es pour mieux comprendre les habitudes des clients actuels et Ă©ventuels;
    • l'utilisation d'outils de communications, tels que le courriel ou la messagerie instantanĂ©e (voir ci-dessous) pour renforcer les canaux de communications entre le cabinet et les usagers du site; et
    • fonctionnant comme une plate-forme centrale pour la prĂ©sence Internet d'un cabinet, un portail peut servir de rampe de lancement pour l'intĂ©gration d'un nouveau service de commerce Ă©lectronique.

  5. Fonctionnalité d'un site Web

    Étant donné qu'un site Web différent n'est guère plus éloigné qu'un clic de la souris, la fonctionnalité et le design d'un site doivent permettre aux visiteurs de trouver rapidement et facilement ce qu'ils cherchent avant de décider de passer à un autre site. Le site doit être convivial. Ajouter un moteur de recherche du site et une carte du site peut augmenter sa fonctionnalité. De plus, souligner tout nouveau contenu attire l'attention des usagers et renforce l'image d'un site bien tenu et mis à jour.

  6. Transformer des visiteurs en clients

    Compte tenu que certains clients éventuels peuvent ne pas savoir comment approcher une ou un avocat, un site Web de cabinet juridique doit offrir une excellente occasion de simplifier le processus de recherche et de communication avec un avocat. Pour créer des canaux de communication, un site Web peut :

    • consacrer une partie du site Ă  l'explication du processus juridique en dĂ©crivant le cheminement d'une cause typique ou d'un service juridique;
    • proposer un formulaire Ă  l'aide duquel les visiteurs peuvent poser des questions juridiques sans autre obligation. Cela permet aux visiteurs de prendre un premier pas important dans le dĂ©veloppement d'une relation avec un avocat.

  7. Conseils d'implantation d'un site Web

    • L'achat d'un nom de domaine

      Choisissez un nom de domaine court, dont on se souviendra facilement, et inscrivez-le sur tous les documents du cabinet y compris les en-tĂŞtes de lettres, cartes d'affaires et matĂ©riel de marketing. Les cabinets qui ciblent le marchĂ© canadien devraient songer Ă  adopter une extension « .ca » qui assure une reconnaissance canadienne immĂ©diate ainsi qu'un plus vaste choix de noms disponibles. Enregistrer le mĂŞme nom une deuxième fois avec une extension « .com » peut ĂŞtre utile Ă©tant donnĂ© que plusieurs usagers sont plus habituĂ©s Ă  cette extension.

      Si un nouveau site Web est créé après un fusionnement de cabinets, la vieille adresse devrait diriger le visiteur vers le nouveau site, étant donné que l'ancienne adresse du cabinet continuera d'apparaître dans les résultats de moteurs de recherche et que sans renvoi, l'achalandage risque d'être réduit au nouveau site.

      Un cabinet ne devrait jamais fermer son site durant son redéveloppement. Se déconnecter, même pour une courte période de temps, c'est comme ne pas répondre au téléphone.

    • SĂ©lection d'une compagnie de design Web

      À moins d'avoir parmi ses employées, employés, un expert en graphisme et en conception de site Web, le développement d'un site à l'interne n'est pas recommandé. L'internaute moderne est habitué à un haut degré de sophistication en matière de design. Le site Web d'un cabinet doit rencontrer ces attentes.

      Il y a plusieurs moyens de sélectionner une entreprise de design, y compris les moteurs de recherche pour identifier des concepteurs locaux, notamment ceux qui se spécialisent dans les sites de cabinets juridiques. Sinon, informez-vous des concepteurs de site Web qui adoptent l'approche désirée par le cabinet juridique.

    • SĂ©lection d'une compagnie d'hĂ©bergement de site Web

      Les compagnies d'hébergement de site Web peuvent être identifiées au moyen de moteurs de recherche Internet, d'index d'hébergeurs de sites, de recommandations de compagnies de design et de renvois d'autres administrateurs de site Web.

      En dépit de son importance, le coût ne devrait pas constituer le seul facteur déterminant. On devrait aussi songer à : l'allocation de bande passante ou le nombre de visiteurs autorisés par mois; l'espace de mémoire sur le disque; la réputation de l'entreprise; les références; le siège de l'entreprise (au Canada ou aux États-Unis); la fiabilité du serveur; et savoir si le serveur héberge lui-même des sites Web ou revend les services d'un autre fournisseur.

    • Identification de l'auditoire du site Web

      Un cabinet peut s'attendre que son auditoire de site Web sera une combinaison de clients existants, de clients éventuels et d'étudiants en droit. Étant donné que chaque groupe représente un segment de marché, identifier les marchés cibles à l'étape du design et de la planification augmente les chances de réussite du site Web.

    • Assemblage du contenu

      Le contenu du site Web devrait être mis à jour fréquemment. Un contenu terne ou vieilli n'incite pas les visiteurs à revenir au site Web. Le développement d'un échéancier spécifique pour de nouvelles additions au contenu constitue un moyen d'assurer la fraîcheur du site Web.

      Quant au contenu lui-même, des pages alourdies de texte n'encouragent pas la lecture. Comme les internautes ont tendance à regarder le texte en diagonale en visionnant des pages Web, toute écriture sur une page Web devrait être claire et concise. Évitez de recourir aux graphiques et à l'animation non essentiels parce que de tels fichiers augmentent le temps de téléchargement.

Retour à la table des matières

6. Marketing Internet - Au-delĂ  du Web

Quoique les discussions sur le marketing Internet portent habituellement sur le développement de sites Web, une stratégie efficace dépasse largement le site Web. Le courrier électronique, le multimédia et les services sans fil constituent tous des éléments d'une stratégie de marketing Internet complète.

  1. Courrier Ă©lectronique

    Il est facile de voir pourquoi le courrier électronique est un outil de marketing si puissant. Les consommateurs et consommatrices pourraient hésiter à communiquer avec un cabinet juridique, mais accepter d'expédier un courriel, moins officiel et comportant moins d'engagement. Il est important de s'adresser aux clientes et clients - nouveaux et existants - en utilisant leur moyen de communication de choix. S'ils utilisent le courrier électronique, le cabinet juridique doit faire de même.

    La pratique d'offrir des bulletins transmis par courriel s'est répandue chez les cabinets juridiques. L'envoi d'un message électronique à une liste de diffusion présente des avantages sur le plan de l'efficacité et de l'économie. Les bulletins, qui abordent souvent des sujets tels que les nouvelles lois et le développement de la jurisprudence, permettent aux cabinets juridiques d'élargir leurs rapports existants avec des clients à faible coût.

  2. Messagerie instantanée

    Pour les non-initiés, la messagerie instantanée combine les caractéristiques d'un logiciel et d'un réseau de services. Le programme de logiciel permet aux usagers de transmettre des messages ou de clavarder avec d'autres usagers d'un réseau de services. ICQ, Yahoo Messenger, MSN Messenger et AOL Instant Messenger comptent parmi les plus populaires services de messagerie instantanée.

    L'industrie juridique n'a pas encore découvert la messagerie instantanée comme outil de service. Ailleurs, cependant, elle augmente en popularité comme outil de service à la clientèle.

    Imaginez le scénario suivant - un petit cabinet spécialisé en droit de l'immigration s'annonce à la planète via son site Web. Avant d'adopter la messagerie instantanée, les clients éventuels devaient assumer des frais d'interurbain pour parler à une ou un avocat (ce que certains refusent d'envisager). Comme le courrier électronique, la messagerie instantanée réduit le coût des communications tout en offrant aux clients éventuels l'avantage d'un dialogue en temps réel avec l'avocat.

    Pour les clients actuels, la messagerie instantanée peut signifier la commodité, un choix et des économies potentielles. La messagerie instantanée permet d'élargir la discussion au-delà des limites d'une conversation téléphonique tout en permettant de nouvelles fonctions, comme le transfert de documents et la collaboration sur des documents, en temps réel.

    La fréquence de l'utilisation de la messagerie instantanée dépend des ressources d'un cabinet juridique. Il y a plusieurs facteurs à considérer avant d'inclure la messagerie instantanée dans une stratégie de marketing, dont :

    • la dĂ©signation de jours ou d'heures oĂą le service est en ligne;
    • l'identification de la personne contact au cabinet; et
    • les enjeux potentiels sur le plan de l'Ă©thique et de la juridiction entourant les conversations et les avis donnĂ©s.
  3. Multimédia

    Les ajouts audio et vidéo aux fonctions du Web ont aussi leur utilité. Un contenu multimédia offre des avantages tant au cabinet qu'au visiteur du site Web. Des séminaires en ligne et la lecture audio en transit de recherches et d'études peuvent notamment rehausser la présence Internet d'un cabinet juridique.

    Un cabinet peut profiter de plusieurs manières de l'utilisation de telles technologies :

    • en plus d'Ă©tablir de nouveaux contacts avec des clients Ă©ventuels, l'inclusion du multimĂ©dia offre une excellente occasion d'instruire les clients existants;
    • puisque seuls quelques cabinets ont intĂ©grĂ© les fonctions multimĂ©dia Ă  leur prĂ©sence Web, y avoir recours constitue toujours un moyen de se dĂ©marquer; et
    • l'inclusion d'un contenu unique et dynamique augmente la chance de visites du site Web Ă  rĂ©pĂ©tition. Les sites Web avec un contenu multimĂ©dia proposent aux visiteurs une expĂ©rience unique, une expĂ©rience qui peut s'avĂ©rer mĂ©morable, productive et prĂ©cieuse.
  4. Sans fil

    Les innovations en technologie et en communications ont permis à l'Internet et aux contenus de style Web de se propager aux appareils sans fil et mobiles. Les Canadiennes et Canadiens commencent à peine à en faire l'apprentissage sur des téléphones cellulaires et des assistants numériques personnels (ANP). Les cabinets juridiques devraient saisir l'occasion et adopter des approches novatrices telles que le marketing sans fil. La messagerie textuelle et des sites de navigateurs mobiles comptent parmi les méthodes de marketing disponibles.

    • En introduisant des services qui permettent aux clients existants et Ă©ventuels de s'inscrire pour recevoir des conseils juridiques, des renseignements ou des flashes d'information sur leur tĂ©lĂ©phone cellulaire en message textuel, les cabinets juridiques pourront joindre leurs clients d'une nouvelle manière. Pour la plupart des gens, les tĂ©lĂ©phones cellulaires font partie de l'espace privĂ© et intime et la messagerie textuelle permet Ă  des cabinets d'entrer dans cet espace pour crĂ©er et renforcer des rapports avec des clients.
    • La composition d'un site de navigateur mobile est diffĂ©rente, sur le plan conceptuel, d'un site Web. Un site mobile est plus direct, avec moins de textes et de caractĂ©ristiques. Il rĂ©pond aux besoins d'une personne sur la route. Un site mobile, ayant la capacitĂ© de communiquer et d'Ă©changer des courriels, permettra de mieux servir les clients mobiles, existants et futurs. Un cabinet devient accessible peu importe l'endroit oĂą se trouve le client. Une telle fonction renforce la dĂ©pendance du client sur le cabinet juridique.L'adoption de fonctions sans fil et de stratĂ©gies de marketing devrait cependant ĂŞtre prĂ©cĂ©dĂ©e de consultations auprès de clients qui utilisent des appareils mobiles, afin de s'assurer que les renseignements, fonctions et services rĂ©pondent Ă  leurs besoins.
  5. Extranets

    Des cabinets juridiques, peu importe leur taille, utilisent des extranets - une technologie fondée sur le Web - pour optimiser et ajouter de la valeur à leurs rapports avec la clientèle. Un extranet fonctionne beaucoup comme l'Internet et le Web. Il s'agit d'un réseau privé sécurisé de communication entre clients et cabinets. L'accès à l'extranet se fait par le biais d'un navigateur Web. En communiquant des renseignements sur une cause par extranet, les clients dépendent davantage de leurs avocates et avocats : l'extranet devient ainsi un outil de conservation de la clientèle 2. Les cabinets qui offrent présentement le service extranet le font habituellement de leur site Web.

Retour à la table des matières

7. Sommaire

En exploitant les occasions des technologies de l'Internet, un cabinet juridique a la chance de transformer ses rapports avec ses clients existants et en attirer de nouveaux. Au moyen de mécanismes comme les sites Web riches en contenu; les publications électroniques avec textes; les publications et flashes d'information ciblant directement les corbeilles d'arrivée des clients; les fonctions mobiles utilisant la technologie sans fil; les sites Web qui brisent le moule en utilisant les contenus multimédia, l'interactivité ou les communautés virtuelles, l'Internet égalise les chances en marketing, permettant à chaque cabinet juridique de concurrencer effectivement, d'accéder à de nouveaux marchés et de forger de nouvelles relations.

Retour à la table des matières

8. Meilleures pratiques en action

La section suivante souligne certaines des meilleures pratiques de marketing sur Internet autour du monde.

  • Osler, Hoskin and Harcourt

    Le site Web d'Osler propose une image à la fois moderne et sophistiquée. Le site présente un look propre, professionnel et à la mode. C'est plus qu'un site de brochure; c'est une destination d'information, offrant des abonnements à des bulletins, des publications et des liens.

  • Duhaime and Company

    Information, information, information! En utilisant un format clair et accessible, le site Web de Duhaime and Company déborde de renseignements juridiques : une ressource indispensable pour le marché des consommateurs.

  • Faegre & Benson s.r.l.

    Faegre & Benson s'établit comme pourvoyeur d'information juridique. C'est ainsi qu'on y voit l'avenir des cabinets juridiques. Le cabinet a l'intention, dans le cadre de sa stratégie de marketing, d'augmenter le nombre de visiteurs à répétition3. À cette fin, le site utilise les fonctions de personnalisation pour permettre aux visiteurs de suivre leurs articles préférés, et les usagers inscrits sont informés de l'arrivée de nouvelles publications dans leurs champs de pratique préférés. La personnalisation permet aussi de placer en haut de chaque page les coordonnées et l'adresse de courriel de l'avocate principale ou de l'avocat principal, de la cliente ou du client. Le site multimédia inclut également un accès à des séminaires archivés, présentés en lecture audio en transit et en vidéo.

  • Maurice Blackburn Cashman

    Ce cabinet australien constitue un modèle de site fonctionnel et bien conçu de première génération. Le cabinet a choisi de souligner son champ de pratique principale, le droit des femmes, en lui donnant son propre en-tête dans le menu de navigation, assurant une connexion entre le cabinet juridique et son marché cible.

  • Early, Ludick, Sweeny, Strauss

    Ce site Web fonctionne d'abord comme un site de recherche, et un site de cabinet par après. La présence Web du cabinet sert de portail à service complet en matière de responsabilité de produits. Le site utilise les renseignements médicaux et juridiques, la mise à jour de l'actualité, les avertissements au sujet de produits et les babillards pour favoriser une interaction avec les usagers.

    Dans le but de transformer des visiteurs en clients, le site Web contient un formulaire d'évaluation de cause. Également, le site contient une fonction qui permet au visiteur d'envoyer l'adresse Web par courriel à un ami.

  • Campbell Cohen

    Les avocates et avocats en droit de l'immigration sont bien placés pour utiliser comme levier la portée mondiale du Web, et le site Web du cabinet Campbell Cohen en fournit la preuve. Le site propose d'abord un nom de domaine intelligent, simple et facile à mémoriser. Traduit en quatre langues, Canadavisa.com fonctionne comme un portail en proposant de l'information sur le droit canadien de l'immigration, des FAQ, des groupes de discussion, ainsi qu'un secteur de carrière qui inclut des listes d'emplois, des renseignements sur le marché de l'emploi et des conseils sur les compétences de travail. Pour susciter l'intérêt de clientes et clients potentiels, le site propose une évaluation gratuite de demande d'immigration.

Retour à la table des matières

9. Ressources additionnelles

Retour à la table des matières

Le professeur Michael Geist, Université d'Ottawa, Faculté de droit, Directeur, droit du commerce électronique, Goodmans s.r.l.


[1] Geist, M., Le commerce Ă©lectronique et les services juridiques au Canada : un dĂ©fi Ă  relever (2000). Le commerce Ă©lectronique et les industries de services, Industrie Canada, au paragraphe 16, en ligne: www.strategis.ic.gc.ca   (date vĂ©rifiĂ©e : le 21 juin 2001).

[2] Kennedy, D., Extrabet Basics : Taking a Step toward a Client-Focused Practice, en ligne: www.denniskenedy.com   (date vĂ©rifiĂ©e : le 21 juin 2001).

[3] Levinson, C., The Man Behind the No.1 Law Firm Website, Legal Marketing Technology (7 mai 2002), en ligne: The Law Marketing Portal  (date vĂ©rifiĂ©e : le 21 juin 2001).