Voix de changement : les médias sociaux canadiens et autres écrits sur l’avenir de l’exercice du droit

Votre téléphone intelligent constitue-t-il une menace ou une occasion à saisir? Les progrès saisissants de la technologie que représentent ces appareils omniprésents pourraient bouleverser la proposition de valeur de la profession juridique.

Quelques réserves s’imposent toutefois. Tout d’abord, la profession doit reconnaître la nécessité d’une nouvelle proposition de valeur. Deuxièmement, elle doit apprendre à collaborer avec d’autres et à partager une part de son domaine traditionnel avec des concurrents – des ordinateurs aussi bien que des professionnels non juridiques ou parajuridiques.

L’étude de Simon Fodden, qui porte sur les commentaires que formulent les Canadiens et Canadiennes dans les médias sociaux sur l’avenir de l’exercice du droit, discerne quatre vecteurs de changement : la mondialisation, l’économie, la technologie et le conservatisme. De ces vecteurs, trois – la mondialisation, l’économie et la technologie – sont des pressions externes s’exerçant sur la profession, alors que le quatrième, le conservatisme, est une pression interne s’opposant à l’orientation que les trois autres semblent exiger.